Interview – Ludovic ROUIX

ludovic rouix drummer

FICHE SIGNALÉTIQUE

NOM : ROUIX
PRENOM : Ludovic
Lieu de naissance : 11 JUIN 1984
Date de naissance : Paris (France)
Lieu d’habitation actuel : Vaires sur Marne (77)

Réseaux sociaux :

Facebook : www.facebook.com/ludovic.rouix.7
Youtube : Ludovic Rouix – YouTube

Matériel

Je joue sur une batterie Richmo Drums, une marque anglaise et des cymbales SABIAN mais sans avoir d’endorsement.

Les artistes que j’ai accompagné

J’ai joué avec : Hot Hell Room, Evolvent, Anthemon, Dalfara, Invading Chapel, Total Agony, Sunstone…

Les disques sur lesquels j’ai joué

Spotify – Hot Hell Room
Spotify – Evolvent
Spotify – Dalfara
Spotify – Invading Chapel
Bandcamp – Anthemon

Les artistes que j’accompagne sur scène en ce moment

Hot Hell Room

INTERVIEW

Comment as-tu débuté la musique ?

J’ai commencé la batterie à l’âge de 6 ans mais j’ai commencé la musique par de l’éveil musical bien plus tôt toujours au conservatoire. Il parait que mes parents après avoir entendu des « poum poum » lors d’un repas entre amis, m’ont découvert en train de taper sur une batterie qui trainait dans la maison, peut être que ce fut un signe !

Comment as-tu appris la batterie ?

J’ai commencé au conservatoire pendant 8 ans, puis j’ai souhaité changé car l’apprentissage était très limité et j’ai eu la chance que mes parents me suivent pour prendre des cours avec Guy Mauny sur Paris en cours particulier (Hohner Sonor Music Academy) ou j’ai obtenu mon 1er diplôme, puis j’ai dû arrêter les cours mais je n’ai cessé de travailler mon instrument.

Quelles sont tes influences musicales ?

C’est très vague, j’écoute beaucoup de styles, mais mes influences principales sont les groupes tel que RATT, Dream Theater, Pain of salvation, The Beatles, Motley crue, Winger, Megadeth, Pantera, divers artistes de pop (Prince, Mickael Jackson…) ; aussi la musique classique et quelques artistes français comme Goldman, que j’adore. Bref un éventail assez large.

Quels sont les 3 morceaux qu’un batteur devrait connaitre par coeur ?

  • AC/DC, un classique Highway To Hell, simple efficace et quel plaisir de le jouer ce morceau !
  • Come Together de The Beatles, pareil je trouve ce morceau superbe dans sa répétition et mais surtout le charley et le pattern de la descente de toms du début, puis le refrain a jouer peut être super énergique.
  • Enfin le 3ème, pour les fans de grosse balade, Wasting Love d’Iron Maiden, à la fois énergique et entrainante.

Pour moi des classiques.

On trouve beaucoup d’outils pédagogiques, quels sont pour toi les incontournables ?

Il y en tellement avec Internet maintenant que l’on s’y perd ! Parfois de très bonne qualités et parfois l’inverse donc faisons le tri !

Je préfère l’accompagnement d’un professeur de batterie qui saura s’adapter aux envies, demandes et d’accompagner pédagogiquement l’apprentissage. Ensuite, compléter son apprentissage en autodidacte en parallèle avec des supports vidéos et méthodes (Agostini les classiques, méthodes doubles pour les intéressés, et surtout de tous styles !

Comment as-tu développé ton propre jeu ?

Avec du travail ! En plus de mes cours avec mes professeurs, j’écoutai beaucoup de musique et j’adorai regarder des vidéos de mes batteurs préférés (Nicko Mc Brain et Mike Portnoy) et je me disais « ouahh faut que j’apprenne à faire cela comme plan ». Je fonctionnais beaucoup au challenge et j’ai donc énormément travailler les plans de batteurs de groupe que j’écoutais. Je passais mon temps dans mon local batterie chez mes parents parfois jusqu’à 6h par jours… Je travaillais les exercices de mes professeurs vus en cours et je jouais par-dessus les musique (CD à l’époque) des groupes que j’écoutais. Egalement, je passais pas mal de temps à écrire des partitions en repiquant des tablatures pour jouer les morceaux et travailler les plans de batteurs.

J’ai joué avec différents groupes de Hard, pop, métal lyrique, tous ces styles différents m’ont permis d’expérimenter et d’adapter mon jeu.
Avec Anthemon, le niveau n’a plus été le même, j’ai appris à être très rigoureux dans les compositions de groupe et la méthodologie de travail imposée; cela n’a été que bénéfique pour moi ! C’est aussi mon 1er groupe où j’ai pu jouer des morceaux complexes et longs (le morceau Kadavreski faisait pas loin de 24 minutes !) mais étant un très grand fan de Dream Theater à l’époque et de Mike Portnoy j’ai adoré ce challenge !

Puis je me suis assagis avec Evolvent (Metal lyrique avec en influence Within Temptation, Nightwish, Epica) avec j’ai pu développer mon jeu d’une autre façon et pour finir avec Hot Hell Room du bon gros Hard Rock ! Et j’ai également des projets perso comme Voices Of Lies qui est plus prog, DALFARA qui est plus loufoque.

Aujourd’hui, je ne me concentre plus trop sur la technique mais sur le plaisir de jouer en groupe mais j’essaye toujours de placer des plans qui me font bosser mais le plaisir avant tout et à bientôt 40 ans je souhaite profiter !

Je travaille pas mal les rudiments simples toujours et la double (rudiments aux pieds comme le frisée, roulé, moulin…), j’adore l’univers caisse claire de marche, écossaise. Je joue toujours sur de la musique de tous styles, qui allie plaisir et travail de l’instrument qui me permet d’expérimenter (par exemple, jouer du Christina Aguilera mais version rock ou métal, ou autre !), j’ai une multitude de méthode de batterie et je reviens même sur les premières de temps en temps sans compter toutes les partitions accumulées pendant mes cours de batterie avec Guy Mauny ! (la dianne, des rythmes et exercices de tous styles encore une fois).

Comment as-tu développé ton jeu de double pédale ?

J’ai découvert la double en 1996 avec Total Agony, mais je voulais travailler mon pied droit avant tout comme Nicko Mc Brain ! Notamment quand le groupe m’a fait jouer du Maiden, Megadeth, Metallica, Slayer…. Au début je n’avais pas de double pédale alors je faisais le max avec mon pied droit ! Puis je n’ai pas eu le choix d’investir dans une double pédale. C’était assez intense mais cela à beaucoup développé mon pied droit et j’écoutais et regardais beaucoup Nicko Mc Brain qui m’a énormément influencé avec son pied mitraillette !

Je n’ai jamais trop développé mon pied gauche à fond car le genre de musique extrême ne m’ont jamais intéressé à jouer (et même écouter…), cela a été un choix et je le regrette aujourd’hui ! Mais je continue de temps en temps à travailler des exercices d’endurance et technique en double pour le plaisir et me charcuter la tête un peu ! Mais fini le temps de 6h par jours, depuis bien longtemps, le travail…. Mon rêve de rock star comme beaucoup n’a pu se faire (LOL).

Je travaille toujours 2 méthodes principalement que j’affectionne beaucoup, Carmine Appice (Realistic Rock) et une méthode de double : Méthode de Batterie – La Double – Charles Monzat. Mais j’en ai acheté une nouvelle l’année dernière très intéressante sur le net (numérique), je me la suis imprimée et c’est parti ! L’approche est différente et travaille les rudiments pour les deux pieds séparés et en simultanée !

La double grosse caisse - Charles Monzat
La double grosse caisse – Charles Monzat
carmine-appice-realistic-rock
Carmine Appice – Realistic Rock

Important, travaille au métronome ! lentement au départ !


J’aime travailler l’exercice à chaque pied, 4 noires, 4 croches, 4 triolets, 4 doubles croches, 4 quintolet, 4 sextolet… un challenge même à petit tempo quand on arrive au triple croches !

J’ai aussi beaucoup joué en achetant des livres de partitions de groupes (Guns’n Roses, Metallica, Megadeth, Dream Theater) ou de batteurs comme Thomas Lang, Mike Portnoy

Comment te prépares-tu pour jouer sur scène ?

En dehors des répétitions avec les groupes, je joue les set-list à la maison et j’y développe les transitions, la jongleries (que j’adore, effet jeu de scène mais surtout l’amusement !).

Dans les loges avant de monter, je m’échauffe, en travaillant des rudiments (frisés, roulés, bâtons mêlés, moulins…) pieds et main en même temps. Il est arrivé dans les toutes petites salles de ne pas avoir de loges, du coup j’essaye de me trouver un endroit pour faire des exercices d’échauffements des poignets et des chevilles.

Comment te prépares-tu pour jouer en studio ?

J’adore les sessions studio ! Si je pouvais passer mon temps à enregistrer des albums de pleins de styles différents j’adorerai !

En amont les répétitions avec les groupes ! Puis un gros travail à la maison pour développer les parties, les détails, d’expérimentations, breaks, plans… Pour me faire plaisir et apporter à la musique, pour n’avoir pas qu’un « poum tchak » ! J’adore AC/DC, mais j’ai besoin de plus quand je joue ! Il faut trouver la nuance entre ne pas en mettre assez et ne pas en mettre trop !

Je travaille aussi beaucoup sur playback quand on me les fournit, cela aide beaucoup plus ! Sinon on enregistre en répète au click et je travaille par-dessus.
Pour des projets autonomes, on me fournit les pistes de playback avec les idées et partitions à tenir, mais je n’ai que rarement eu des choses imposées à 100%, on m’a toujours laissé le champ libre !

Attention je suis un maniac de l’instrument, j’ai plusieurs kits de batterie et tous différents et j’adore jouer avec selon les styles de musiques, mon jeu s’adapte aussi selon les dispositions des batteries (1 batterie type prog, une batterie expérimentale, une rock, une classique…)

Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

D’être patient et rigoureux, de ne pas perdre espoir car tout apprentissage d’un instrument est long et le plus dur est de ne pas se démotiver ! Prendre plaisir avant tout et apprendre en même temps ! Pratiquer, pratiquer et pratiquer son instrument et expérimenter ses idées pour développer SON propre jeu !

Combien de temps doit-on travailler son instrument pour arriver à un bon niveau et à quelle fréquence ?

Si on joue tous les jours, même peu de temps c’est mieux que 1 fois par mois ! La régularité… Mais cela ne doit pas être une corvée ! Si on prend plaisir on ne voit pas le temps passer ! 15 min minimum par jours d’exercice, 1h c’est bien !

Quels exercices est-il important de travailler ?

Pour moi, les rudiments mains et pieds, la tenue des baguettes (souvent négligée) et être souple et pas raide comme un piquet !!! Je dis à mes élèves soyez des poulpes relax !!!
Après, travailler différents rythmes et styles de musique, s’ouvrir à cela permettra de créer son propre jeu en partant de multiples influences et possibilités !

Aujourd’hui travailles-tu toujours ton instrument ? Quels types d’exercices ?

Oui, mais trop peu, si je pouvais avoir plus de temps cela serai merveilleux ! Mais à 40 ans on n’a plus le même temps qu’a 16 ans !
Je travaille mes rudiments toujours en 1er (mains et pieds), l’exercice « Boby Solo » de la méthode Agostini (Volume II, p. 110) est sympa à bosser, je le fais régulièrement. Puis je travail selon les envies des méthodes que j’ai (j’en ai tellement !). Mais je joue aussi sur beaucoup de musiques de groupes que j’écoute en passant par de la variété internationale, nationale au hard !
Bien sûr je joue régulièrement sur les morceaux playback de groupes avec lesquels j’ai joué et Hot Hell Room.

Je jouais aussi quand je donnais des cours de batterie et batucada ! J’ai monté il y a quelques années deux écoles de musiques actuelles avec un ami ! La première, à Vaires sur Marne (77), CULTUR’ACTIONS et une à Gagny (93), ATOUT MUSIC. Je m’occupe de la gestion désormais ! Mais l’envie de reprendre les cours me démange pour partager ma passion pour ce bel instrument !

Raconte-nous une ou plusieurs anecdotes de ta vie de musicien.

Lors des concerts, lorsque les podiums de batterie sont trop petits, j’ai plusieurs fois perdu des cymbales en cours de morceaux (pieds qui tombent…), des petits moments de solitudes mais à prendre toujours avec le sourire !

Et dans le glauque, lors d’une mini tournée avec Evolvent, après avoir mangé local dans une région de France, nous avons tous été malade ! Le lendemain lors de la date à Lyon, avant de monter sur scène nous étions tous aux toilettes !

Tomber en panne de véhicule lors de tournée ! Une galère que certains connaissent parfois !

Avec quels musiciens rêverai-tu de jouer ?

Myles Davis, Kip Winger, Mickael Jackson pour le coté impressionnant et hit des morceaux et quelles scènes ! Sershen, Zarítskaya, Halocene que je suis pas mal sur YouTube et Marty Friedman que j’adore !

Parle-nous de ton groupe Hot Hell RooM

Hot Hell RooM a été créé en septembre 2003 par trois musiciens à la base : Alan Raoul à la basse (Invading Chapel, ex Coldown et 7th Nemesis), Loïc Malassagne au chant et à la guitare (Invading Chapel et ex Anthemon) et Stone à la batterie.

L’album démo « Hot Hell Room » enregistré dans leur Home Studio, a été masterisé par le producteur américain Beau Hill (Alice Cooper, Europe, Ratt, Twisted Sister, Winger Etc…).

En janvier 2010, j’ai rejoint le groupe car Alan avec qui, je jouais dans Evolvent, me la proposé et j’ai vraiment aimer le style.

Puis dès septembre 2011, on a travaillé sur le premier album officiel « Kali Yuga Bonfire ». On l’a enregistré, mixé et masterisé au Hybreed Studio (As They Burn, The Arrs, 7th Nemesis…) par Andrew G, sauf pour les batteries qui ont été enregistrées au Roots Notes Studio par Pierre Houllier. Andrews et Pierre sont super sympas et vraiment à l’écoute, un vrai bonheur de travailler avec eux !

Après, en Septembre 2012, le guitariste Shazybob a rejoint le groupe pour les concerts. On a eu des apparitions des webzines et autres comme French Métal (« La Colère Des Dieux » n°15 de décembre 2012) puis on a signé chez Dooweet Records courant 2013. S’en est suivi des concerts, des tournages de clips puis un deuxième album Architect Of Chaos (2016), puis un troisième Stasis (2020) signé chez le label allemand STL… et là nous sortons le 8 avril 2022 le quatrième album Kingdom Genesis signé chez M&O MUSIC et masterisé par Maor Applebaum (Sepultura, Dokken, Rob Halford…).

Joues-tu dans d’autres projets ?

Oui, Loic Malassagne me demande parfois des pistes batterie pour ses projets Invading Chapel et peut être d’autres.
Je joue dans le groupe DALFARA qui est comment dire… plutôt délirant, avec un ami d’enfance.
J’ai mon projet perso Voices Of Lies, cela traine un peu mais cela sortira, c’est du progressif, cela met du temps car je souhaiterais faire jouer pas mal de musiciens dessus !

Ces trois projets sont uniquement studios, comme je l’ai dit j’adore jouer en studio et dans plein de projets différents. J’ai quelques projets auxquels je vais participer mais une fois fait je pourrai en parler davantage.
D’ailleurs n’hésitez pas à me contacter pour des prises batterie ! 😉

DISCOGRAPHIES

Anthemon – Alois (2007)
Evolvent – Delusion (2011)
Evolvent – Under the rain (2012)
Hot Hell RooM – Kali Yuga Bonfire (2014)
Dalfara – A qui l’tour (2015)
Dalfara – Dos ados (2015)
Hot Hell RooM – Architect of chaos
Dalfara – D3 (2017)
DALFARA – en live (2018)
Hot Hell RooM – Stasis (2020)

Si tout se passe comme prévu en 2022 sort :
Kingdom Genesis, Hot Hell Room
Save Our Heart In Hell, Cobra

Et d’autres devraient voir également le jour ! affaire à suivre !

Liens iTunes









Facebook :

Ludwig Von Draft
Hot Hell RooM
Dalfara
Cultur’Actions
Atoutmusic

Sites internets :

Atout Music – Ecole de musique Gagny
Cultur’Actions – Ecole de musique Vaires sur Marne

YouTube :

Ludovic Rouix
Hot Hell RooM
D A L F A R A
Atout Music
Evolvent Band

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.