Buddy Rich – Le batteur Jazz américain

Avec sa puissance, sa vitesse et son agilité, il est probablement le plus grand batteur de jazz de tous les temps ! Mesdames et messieurs, sans plus tarder, voici Buddy Rich !

BUDDY LE SURDOUÉ

Bernard « Buddy » Rich est né le 30 septembre 1917 à Sheepshead, Brooklyn, New York de Robert Rich et Bess Skolnik qui étaient tous deux *vaudevilliens.

*Le vaudeville est un genre théâtral de divertissement de variété né en France à la fin du XIXe siècle. C’était à l’origine une comédie sans intention psychologique ou morale, basée sur une situation comique : une composition dramatique ou poésie légère, entrecoupée de chansons ou de ballets.

Buddy est né doué d’un talent musical naturel. Il a commencé sa carrière professionnelle à l’âge de 18 mois ! Il était danseur de claquettes, chanteur et bien sûr batteur. Le numéro de vaudeville de ses parents lui a donné son nom de scène « Baby Traps, the Drum Wonder ». À 6 ans, il est connu sous le nom de « Traps, the Boy Wonder » et avec son âge, il se produit déjà à Broadway. Il se produit aux États-Unis et en Australie. À l’âge de 11 ans, Buddy dirigeait déjà un groupe. Et à 15 ans, il est devenu le deuxième enfant artiste le mieux payé au monde ! Seulement deuxième ? Qui est le premier alors ? À cette époque, dans les années 1930, l’artiste enfant le mieux payé était l’acteur et comédien américain Jackie Coogan.

Vous trouverez ci-dessous un enregistrement audio complet de Buddy Rich, alors âgé de 12 ans, connu sous le nom de « Buddy Traps » ou « Traps, the Drum Wonder », sur le court métrage musical Vitaphone de 1929 intitulé « Sound Effects ».

Selon Buddy Rich, les légendaires batteurs de jazz Gene Krupa, Chick Webb, Ray McKinley, Jo Jones, Sid Catlett et Ray Bauduc sont les musiciens qui l’ont influencé. Rich est si brillant que malgré son énorme succès, il n’a jamais appris à lire les partitions de batterie, il travaille toutes ses parties et les mémorise !

SA CARRIÈRE DE JAZZMAN

C’est en 1937 qu’il débute sa carrière dans le jazz. Tout a commencé lorsqu’il a commencé à jouer avec le clarinettiste Joe Marsala à la Hickory House de New York. Puis il est devenu membre de big bands dirigés par Bunny Berigan et Artie Shaw. En 1939, il rejoint le groupe de Tommy Dorsey où il rencontre Frank Sinatra qui deviendra plus tard son ami de toujours. Dès lors, il a continué à jouer avec des grands du jazz comme Louis Armstrong, Dizzy Gillespie, Charlie Ventura et bien sûr, Gene Krupa. Et à la fin des années 1940, il figurait régulièrement dans Jazz at the Philharmonic.

En 1942, Buddy rejoint le Corps des Marines des États-Unis où il sert comme instructeur de judo et *n’a jamais été au combat. C’est la raison pour laquelle il a quitté le groupe Dorsy.

Et en 1944, pour des raisons médicales, Buddy Rich est renvoyé. Après avoir quitté les Marines, il a rejoint le Dorsey Band. En 1946, il forme un groupe avec le soutien financier de son ami Frank Sinatra, et il continue également à diriger des groupes jusqu’au début des années 1950. Après la guerre, il a formé son big band avec notamment des chœurs de Sinatra, et ils ont souvent joué au Apollo Theatre.

Voici l’impressionnante discographie de Buddy Rich !

Comme leader ou co-leader

• 1953: The Flip Phillips Buddy Rich Trio (Clef)
• 1954: The Swinging Buddy Rich (Norgran)
• 1955: Sing and Swing with Buddy Rich (Norgran)
• 1955: Buddy and Sweets (Norgran)
• 1955: The Lester Young Buddy Rich Trio (Norgran)
• 1955: The Wailing Buddy Rich (Norgran)
• 1955: Krupa and Rich (Clef)
• 1955: The Lionel Hampton Art Tatum Buddy Rich Trio (Clef)
• 1956: Buddy Rich Sings Johnny Mercer (Verve)
• 1956 [1967]: This One’s for Basie (Verve) re-issued 1967 as Big Band Shout
• 1957: Buddy Rich Just Sings (Verve)
• 1958: Buddy Rich in Miami (Verve)
• 1959: Richcraft (Mercury) – also The Rich Rebellion (Wing)
• 1959: Rich Versus Roach (Mercury)
• 1959: The Voice is Rich (Mercury)
• 1960: The Driver (EmArcy)
• 1961: Playtime (Argo)
• 1961: Blues Caravan (Verve)
• 1962: Burnin’ Beat (Verve)
• 1965: Are You Ready for This? (Roost)
• 1966: Swingin’ New Big Band (Pacific Jazz/Blue Note)
• 1966: The Sounds of ’66 (Reprise)
• 1967: Big Swing Face (Pacific Jazz)
• 1967: The New One! (Pacific Jazz) – a.k.a. Take it Away
• 1968: Rich à la Rakha (World Pacific)
• 1968: Mercy, Mercy (Pacific Jazz)
• 1969: Buddy & Soul: Recorded Live in Hollywood at the Whiskey A Go-Go (Pacific Jazz)
• 1970: Keep the Customer Satisfied (Liberty)
• 1971: A Different Drummer (RCA) – a.k.a. Superstar
• 1971: Rich in London (RCA) – expanded UK release – Buddy Rich: Very Alive at Ronnie Scott’s (RCA (UK))
• 1971: Conversations (EMI-Parlophone)
• 1972: Stick It (RCA)
• 1973: The Roar of ’74 (Groove Merchant)
• 1974: Very Live at Buddy’s Place (Groove Merchant)
• 1974: Transition (Groove Merchant)
• 1974: The Last Blues Album Volume 1 (Groove Merchant)
• 1975: Big Band Machine (Groove Merchant)
• 1976: Speak No Evil (RCA)
• 1977: Buddy Rich Plays and Plays and Plays (RCA)
• 1977: Lionel Hampton Presents Buddy Rich (Who’s Who in Jazz) – a.k.a. Buddy’s Cherokee… also released as The Sound of Jazz, Vol 10
• 1977: Class of ’78 (The Great American Gramophone Company) – also released as The Greatest Drummer That Ever Lived with « The Best Band I Ever Had »
• 1978: Together Again: For the First Time Buddy Rich, Mel Tormé (Gryphon/Century) – a.k.a. When I Found You
• 1980: Live at Ronnie Scott’s (DRG) – Live. a.k.a. The Man from Planet Jazz
• 1981: Buddy Rich Band (MCA)
• 1982: Live at the 1982 Montreal Jazz Festival (Hudson Music)
• 1983: Rich and Famous (Amway) – a.k.a. The Magic of Buddy Rich, a.k.a. Buddy Rich – The Man
• 1985: Mr. Drums: … Live on King Street, San Francisco (Cafe)

Albums posthumes
• 1993: Europe ’77 (Magic)
• 1996: Buddy Rich & His Big Band At Stadthalle Leonberg, Germany 10 July 1986 (Jazz Band)
• 2001: Wham! The Buddy Rich Big Band Live (Label M)
• 2004: No Funny Hats (Lightyear)
• 2007: Time Out (Lightyear)
• 2009: Buddy Rich Up Close (Drum Channel)
• 2014: The Solos (Lightyear Entertainment)
• 2015: Birdland (Lightyear Entertainment)
• 2019: Just In Time: The Final Recording (Gearbox Records)

Compilations
• 1960: The Drum Battle (Gene Krupa and Buddy Rich at JATP) (Verve)
• 1964: The Best of Buddy Rich (Pacific Jazz)
• 1969: Super Rich (Verve)
• 1969: The Best of Buddy Rich (World Pacific Jazz Records ST-20169)
• 1971: Time Being (Bluebird/RCA)
• 1978: Mr. Drums (Quintessence)
• 1987: Compact Jazz: Buddy Rich (Verve)
• 1990: Compact Jazz: Gene Krupa & Buddy Rich (Verve)
• 1992: No Jive (Novus)
• 1998: Buddy Rich: The Legendary ’47–’48 Orchestra Vol. 1 (Hep)
• 1998: Buddy Rich: The Legendary ’46–’48 Orchestra Vol. 2 (Hep)
• 2005: Classic EmArcy, Verve, Small Group Buddy Rich Sessions (Mosaic No. 232)

Comme sideman

Avec Count Basie
• 1952 [1954]: Basie Jazz (Clef)
• 1952 [1956]: The Swinging Count! (Clef)
• 1956: Blues by Basie, Count Basie

Avec Benny Carter
• 1952 [1955]: Alone Together (Norgran)
• 1954: Benny Carter Plays Pretty (Norgran)
• 1954: New Jazz Sounds (Norgran)

Avec Harry James
• 1953 [1975]: Radio Discs of Harry James (Joyce LP 2002)
• 1953 [1977]: One Night Stand With Harry James (Joyce LP 1014)
• 1953 [1978]: One Night Stand (Sandy Hook SH 2004)
• 1953 [1980]: One Night Stand With Buddy Rich & Harry James (Joyce LP 1078)
• 1953/1958 [1983]: One Night Stand With Harry James at The Blue Note (Joyce LP 1124)
• 1953/1962 [1979]: Live! (Sunbeam SB 230)
• 1953–54 [1979]: Saturday Night Swing (Giants of Jazz Productions GOJ LP-1016)
• 1954 [1976]: 1954 Broadcasts (Sunbeam SB 217)
• 1954: Trumpet After Midnight (Columbia CL 553 and B-410)
• 1954: Dancing In Person With Harry James At The Hollywood Palladium (Columbia CL 562 and B-428)
• 1953–54 [1955]: Juke Box Jamboree (Columbia CL 615)
• 1956 [2002]: Harry James and His New Jazz Band, Vol. 1 / Vol. 2 (Mr. Music MMCD 7010/7012)
• 1957: *Wild About Harry! (Capitol T 874 / ST 874)
• 1963: Double Dixie (MGM E-4137 / SE-4137)
• 1964 [1989]: 1964 Live! In The Holiday Ballroom Chicago (Jazz Hour Compact Classics JH-1001)
• 1964 [1979]: One Night Stand With Harry James on Tour in ’64 (Joyce LP 1074)
• 1965: New Versions of Down Beat Favorites (MGM SE-4265).
• 1965: In a Relaxed Mood (MGM SE-4274)
• 1965: Harry James Plays Green Onions & Other Great Hits (Dot DLP 3634 / DLP 25634)
• 1965 [1981]: Harry James, Buddy Rich, Woody Herman (Europa Jazz EJ 1041)
• 1966: The Ballads and the Beat! (Dot DLP 3669 / DLP 25669)

* Buddy Rich apparait sur Wild About Harry! sous le pseudonyme « Buddy Poor » parce qu’il était toujours sous contrat avec Verve Records.

Avec Charlie Parker
• 1950: April in Paris: Charlie Parker with Strings, (Charlie Parker)
• 1954: Big Band (Clef)

Avec d’autres musiciens
• 1951: Lester Young Trio, Lester Young, Nat King Cole (not originally credited)
• 1952: The Drum Battle, Gene Krupa
• 1954: Lionel Hampton Plays Love Songs, Lionel Hampton
• 1953: Sweets at the Haig, Harry « Sweets » Edison
• 1954: Little Jazz, Roy Eldridge (Clef, 1954)
• 1955: Pres and Sweets, Lester Young and Harry Edison (Norgran, 1955)
• 1955: Plays Count Basie, Oscar Peterson
• 1956: The Genius of Bud Powell, Bud Powell
• 1956: Ella and Louis, Ella Fitzgerald and Louis Armstrong (Verve, 1956)
• 1958: Having Wonderful Time, Tommy Dorsey
• 1962: Burnin’ Beat, Gene Krupa
• 1966: The Sounds of ’66, Sammy Davis Jr.
• 1969: The Song Is You, Stan Getz
• 1974: Bunny Berigan: Leader & Sideman, Bunny Berigan
• 1982: Sinatra: World On a String, Frank Sinatra (Universal, 1982 [2016])

En dehors de ceux-ci, il est également apparu dans des films hollywoodiens comme Symphony of Swing (1939), Ship Ahoy (1942) et How’s About It (1943). Il était également l’un des favoris des talk-shows télévisés comme The Tonight Show avec Johnny Carson, The Dick Cavett Show, The Merv Griffin Show et The Mike Douglas Show en raison de son *humour caustique.
* L’humour caustique est un type d’humour qui repose sur des insultes pleines d’esprit. Cela pourrait impliquer l’utilisation intelligente du langage pour transmettre des remarques mordantes, insultantes ou parfois cruelles.

Avec Sammy Davis Jr., La fameuse drum battle entre Buddy Rich et Gene Krupa

Buddy Rich dans le Muppet Show en 1981

UN PEU DE SA PERSONNALITÉ

En plus de son humour, Rich était également connu pour être vite énervé. Quand lui et Frank Sinatra étaient encore membres du Tommy Dorsey’s Band, ils ont même tous les deux eu des rivalités qui se sont parfois soldées par des bagarres. Mais quoi qu’il arrive, ils sont toujours restés amis pour la vie.

Selon Mel Tormé (également connu sous le nom de The Velvet Fog, musicien, chanteur, compositeur, arrangeur, batteur, acteur et auteur américain), qui a visité Rich un jour avant sa mort, l’une de ses dernières demandes était d’entendre les bandes de ses explosions de colère. C’est Lee Musiker, le pianiste, qui a secrètement enregistré et documenté le tempérament de Rich dans les bus de tournée, et même dans les vestiaires.

DU CRÉPUSCULE JUSQU’À L’AUBE

Buddy Rich a exprimé son amour pour la musique à travers son dévouement à cet art. Sur sept décennies, de 18 mois jusqu’à son départ en 1987, il a continuellement partagé avec nous son talent.
C’est au début de mars 1987 qu’il est hospitalisé après avoir souffert d’une paralysie du côté gauche alors qu’il était en tournée à New York. Au début, les médecins pensaient qu’il avait été causé par un accident vasculaire cérébral. Ensuite, il a été transféré au centre médical de l’UCLA pour faire des tests, et à partir de là, les médecins ont découvert, puis retiré une tumeur au cerveau le 16 mars. Après une semaine, Buddy a pu sortir de l’hôpital mais a continué à recevoir des traitements de chimiothérapie quotidiens à l’hôpital. Et le 2 avril 1987, à l’âge de 69 ans, il est décédé d’une insuffisance respiratoire et cardiaque inattendue après avoir reçu un traitement lié à sa tumeur cérébrale maligne. Il a été inhumé paisiblement au cimetière Westwood Village Memorial Park à Los Angeles, en Californie.

Buddy Rich’s last appearance. Recorded early 1987

L’HÉRITAGE

Gene Krupa, un autre batteur de jazz légendaire, a décrit Buddy Rich comme « le plus grand batteur existant ».
Avec sa technique qui inclut vitesse, exécution fluide et précision, il est devenu un standard dans le monde de la batterie. Son influence s’étend du jazz au rock, et pour preuve, voici quelques-uns des célèbres batteurs qui ont été influencés par Rich :
Vinnie Colaiuta, Simon Phillips, Dave Weckl, John Bonham, Gregg Bissonette, Ian Paice, Tre Cool et Bill Ward. Travis Barker de Blink 182 est l’un des nombreux à croire que Rich est le plus grand batteur de tous les temps. Roger Taylor de Queen admet que Rich est le meilleur batteur qu’il ait jamais vu pour sa technique pure. Et après avoir lu l’avis de Rich sur l’importance de la charleston, Phil Collins a cessé d’utiliser deux grosses caisses et à la place, il a commencé à jouer de la charleston.
Depuis lors et jusqu’à aujourd’hui, Buddy Rich restera toujours dans les mémoires comme l’un des les plus grands musiciens de l’histoire. Avez-vous quelqu’un d’autre en tête ? Dites-nous vos batteurs de jazz préférés dans les commentaires ci-dessous ! Nous aimerions avoir de vos nouvelles!

Merci beaucoup pour votre temps précieux, j’espère vous revoir sur mon prochain blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.